18 juin 2015

Atelier d'été


Depuis quelques jours, j'ai besoin de passer plus de temps dans mon atelier. Je devrais être devant mon ordinateur à répondre à des courriels et avancer du travail avant les vacances, mais je n'y arrive pas. Je me sens incapable d'être productive.

Oui, oui, c'est bien mon atelier. Après plusieurs années à travailler majoritairement en noir et blanc, je sens que je ferai un retour à la couleur très prochainement. Je range donc les trucs monochromes gris pour faire place à de nouvelles inspirations afin de poursuivre la création entre deux moments de rédaction de thèse. De nouveaux projets me trottent dans la tête : des hybridations de jardins verticaux, de paysages simulés et d'organismes microscopiques aux couleurs éclatantes inspirées de mes derniers voyages. Voici un aperçu d'une magnifique journée d'été dans l'atelier.










2 juin 2015

PAPIER FICTION : deuxième journée de montage à Gaz Métro


Le montage à Gaz Métro est particulier. Je dois constamment partager mon temps entre les deux installations afin d'être présente à certains moments dans l'atrium pour la médiation. Aujourd'hui, j'ai cependant passé plus de temps à travailler sur Papier, Fiction. Les modules recouvriront les deux sections de murs de chaque côté du corridor en plus des pièces qui seront présentées dans la vitrine. L'installation produit une expérience particulière dans le mouvement d'avancé et change notre perception habituelle du lieu. L'effet se fait déjà sentir chez les employés qui circulent quotidiennement dans ce lieu.






Pour ce qui est de Terraformation, l'installation avance à petit à petit. Je me sens un peu à l'étroit car je dois respecter un espace de circulation même si l'oeuvre doit prendre de l'ampleur. Je cherche encore la meilleure configuration possible. Les employés sont très curieux du développement du projet et ça discute beaucoup d'art dans les corridors!




1 juin 2015

PAPIER FICTION : première journée de montage à Gaz Métro

Montage de Terraformation dans l'atrium à côté d'une plante verte.

Pour terminer mon marathon d'installations printanières, je réalise cette semaine un montage pour une exposition en entreprise au siège social de Gaz Métro. Je présenterai l'oeuvre Terraformation dans l'atrium pour deux semaine et Papier, Fiction dans le corridor des arts jusqu'au mois d'octobre. Étant donné que ce type d'exposition nécessite un aspect de médiation, j'ai peu de temps pour documenter le montage. De plus, comme je travaille dans deux espace différents, j,ai eu quelques problème avec la balance des blanc sur mes photos. Voici tout de même quelques images de la journée.

Quelques modules sur la table de travail dans le corridor des arts.

 Montage de l'espace vitrine dans le corridor des arts.

 Détail de l'espace vitrine dans le corridor des arts.

28 mai 2015

L'atelier presque vide



En ce moment, l'atelier est presque vide. Le tapis de yoga a remplacé les sacs et les tas de papier. 
C'est ma première semaine à la maison/atelier depuis longtemps. J'en avais bien besoin. Ce n'est pas le travail qui manque, mais j'ai décidé d'intégrer dans ma routine des moments de détente et regarder le temps qui passe. J'ai besoin de faire le point sur cette demi-année si occupée, de penser à ma thèse et aux prochains projets artistiques. 


Peut-être que certains d'entre vous auront remarqué que je réponds moins rapidement à mes courriels ou que je dis non fréquemment à des offres d'engagements professionnels. Il ne faut pas m'en vouloir, j'ai besoin d'installer un autre rythme plus propice à l'écriture, à la création et à la remise en forme.


Malgré ce désir grandissant de calme, je prépare une dernière exposition pour ce printemps. Je présenterai les oeuvres Terraformation et Papier Fiction lors d'une exposition en entreprise à Gaz Métro. Tout est prêt pour le montage qui se déroulera la semaine prochaine. Après, je vais retourner dans mon atelier presque vide et prendre un congé de Montréal pour quelque temps.

À lire et relire : L'atelier vide de René Lapierre au Herbes Rouges.

22 mai 2015

Montage à la Villa Bernasconi (Cernobbio, Italie)

Extérieur de la villa

Le deuxième montage a eu lieu à la Villa Bernasconi construite au 19e siècle par une riche famille de la région. Cette villa est reconnue dans la région pour son style Liberty (équivalent d'art déco italien). 

 Plafond de la salle

La salle pour réaliser l'oeuvre était un peu petite avec un plafond peint à la main avec des fleurs. Ce contexte n'était pas idéal pour la présentation de La débâcle étant donné qu'elle peut prendre deux fois plus d'espace, mais un défi n'attendant pas l'autre, je me suis mise au travail.



Étant donné le cout de transport, je n'ai pas fait parvenir la structure. J'ai donc demandé quelques matériaux pour réaliser une structure de base, mais malheureusement, j'ai dû me débrouiller avec les moyens du bord. J'ai donc bricolé quelque chose avec un matelas de mousse, du papier bulle et les boîtes de transport de l'oeuvre.









Avec l'aide des assistantes, le montage de l'oeuvre a été très rapide. En seulement deux jours (habituellement, ça prend plus de 5 jours) l'oeuvre était réalisée. Nous avons même eu le temps de visiter Cernobbio et de prendre des cafés sur des terrasses. Il était difficile de photographier l'oeuvre et son contexte, mais voici une image présentant le mélange esthétique d'une oeuvre minimaliste/processuelle/fractale présentée dans un contexte liberty!

Montage à l'église San Francesco (Como, Italie)

Cette chapelle était le lieu pour mon installation

Après quelques jours de délai, voici les images du montage de Proliférations à l'église San Francesco à Como. L'église fut construite au 13e siècle. Travaillant la majeure partie du temps dans des cubes blancs, ce fut un défi très intéressant de réaliser une installation dans ce contexte d'exposition.

L'église et de ces fresques un peu décolorées.


Suite de chapelle.

Miniartextile est une biennale d'art contemporain textile qui existe depuis 25 ans. Au début l'évènement se consacrait à la présentation d'oeuvres de petit format, mais avec les années, ils ont ajouté la présentation d'oeuvres installatives plus monumentales dans deux lieux : Église San Francesco et la Villa Bernasconi. L'exposition circulera dans plusieurs lieux au courant de l'année dont à Paris et à Venise.

 Démonstration d'assemblage

 Les assistantes au travail

 Quelques structures assemblées.

Le montage a démarré lentement. La communication n'a pas été facile au début, mais au fil des jours et avec de la persévérance, on y est arrivé. Les assistantes ont travaillé très fort à l'assemblage des structures. À cause du cout du transport, il était moins couteux de les assembler sur place. À certains moments, elles étaient une dizaine à travailler sur l'oeuvre.

 Les assistantes au travail

Étant donné la hauteur de la voute et les contraintes architecturales, il était difficile de réaliser l'oeuvre comme je l'aurais souhaité. Je voulais installer l'oeuvre toujours plus haut, mais on m'a fait comprendre que ce n'était pas possible. Je me suis donc résignée à la faire plus bas en utilisant l'échafaudage des électriciens. Ça ne parait pas sur les photos, mais c'était pas mal haut!





Le montage à avancer à un bon rythme. J'ai pris quelques photos dans l'action, mais comme on me pressait de terminer pour débuter l'autre installation, j'ai du accélérer la cadence. Autour, il y  avait beaucoup d'action pour préparer l'éclairage et l'électricité car une église du 13e siècle, ce n'est pas fait pour présenter des expositions.

 Beaucoup d'action dans l'église

Finition de l'installation







Conférence de Presse

J'ai peu d'image des autres oeuvres présentées, mais j'ai pris ces photos lors de la conférence de presse. Sur la photo du bas, on voit à droite un fragment de l'oeuvre de Beili Liu et au fond l'oeuvre de Marie Hélène Richard. J'ai eu beaucoup de plaisir à partager cette expérience italienne avec ces deux artistes ainsi qu'avec ma collègue québécoise Jannick Deslauriers.